BACK
Le nouveau Caravage
Auteur: Cécile Gauclère Écrit le: 23/04/2019

Le nouveau Caravage

C’était il y a cinq ans : une découverte exceptionnelle pour l’Histoire de l’Art, venue enrichir le corpus des œuvres aujourd’hui attribuées au peintre Le Caravage, grand maître italien du XVIIème siècle. 

Michelangelo Merisi dit Il Caravaggio (Le Caravage en français), est né en 1571 et mort en 1610. Il est un artiste essentiel de l’Histoire de l’Art : son style personnel et résolument nouveau, dans la combinaison audacieuse des sujets choisis et de la manière de peindre, a inspiré des générations de peintres derrière lui. C’est la technique du clair-obscur qui le caractérise, une manière de peindre qui place les personnages, éclairés par des points de lumière précis, dans un environnement sombre. Cette manière si particulière, même si elle n’est pas une invention totale, reste suffisamment exceptionnelle à l’époque pour devenir une signature et faire du Caravage un maître à connaître absolument et, pour les jeunes artistes, à copier (au moins dans un premier temps d’apprentissage). Cette notoriété considérable explique l’effervescence qu’a pu provoquer la découverte d’une nouvelle toile du maître.



Celle-ci représente une scène biblique, Judith et Holopherne. Le sujet avait été traité par l’artiste entre 1598 et 1599 : la célèbre toile se trouve aujourd’hui au palais Barberini à Rome. Celle qui a été découverte en 2014 s’est vu attribuer le même nom puisqu’elle représente la même scène et, au-delà, le même instant, mais elle date de 1607. La disposition des personnages est différente, mais la mise en scène reste relativement similaire et on peut retrouver, pour qui n’est pas spécialiste, une même manière, une même verve dans la façon de représenter le sang jaillissant de la gorge d’Holopherne par exemple.



En effet, l’attribution au Caravage n’est pas évidente : il a fallu beaucoup d’études, à l’oeil nu et grâce à des analyses scientifiques plus complexes, pour forger cette attribution. Certains spécialistes du Caravage la refusent, mais d’autres la soutiennent ardemment : pour l’opinion générale, cela semble tranché, c’est un Caravage. D’autant que plusieurs documents corroborent cette hypothèse, comme par exemple le courrier d’un peintre flamand de l’époque (Frans Pourbus) qui parle de ce tableau en même qu’un autre qui est sans équivoque La Madone du Rosaire, tableau connu aujourd’hui exposé à Vienne. 

La question se complique d’autant plus dès lors qu’on sait que la personne qui a certainement vendu cette toile, réalisée à Naples, est certes un marchand de tableaux mais aussi un peintre lui-même : Louis Finson, s’il a beaucoup œuvré pour la diffusion du caravagisme en Europe (en vendant les toiles dans d’autres pays, et notamment dans le sud de la France actuelle), a aussi énormément copié les toiles du maître. Rappelons que, déjà de son vivant et malgré un tempérament que l’on dit volontiers colérique et solitaire, Le Caravage était un grand maître admiré : son style avait beaucoup de suiveurs très convaincants qui lui étaient contemporains. 

Quoi qu’il en soit, et au vu des incertitudes légitimes autour de l’attribution du tableau, l’Etat français a décidé de ne pas se porter acquéreur de ce Judith et Holopherne de 1607 : estimé entre 100 et 120 millions d’euros, il sera vendu lors d’une vente aux enchères à Toulouse le 27 juin 2019.

Et si vous souhaitez en savoir plus, il existe désormais un site dédié à cette unique toile, qui mentionne bien les avis contraire à l’attribution au Caravage, même si ce n’est évidemment pas sa position : https://thetoulousecaravaggio.com/fr    

Image Le Quartier Latin
Le Quartier Latin

Entre sorcellerie, religion, science et musique, découvrez le Quartier Latin.

Image Shakespeare and Company
Shakespeare and Company

En face de Notre-Dame, il y a cette petite librairie indépendante et anglophone à laquelle on peut attribuer de nombreux adjectifs : historique, atypique et aussi un peu magique…

Image Un tour dans le 13ème
Un tour dans le 13ème

Le 13ème arrondissement de la capitale est souvent délaissé des touristes et des monuments. Pourtant, il a lui aussi ses petits trésors. Escovery vous en dit plus.

Image La Paris Design Week revient pour une nouvelle édition !
La Paris Design Week revient pour une nouvelle édition !

Pour cette 9ème édition, la PDW a profité du salon Maison & Objet pour collaborer et mettre à l'honneur le thème "Hybride" qui consiste à mélanger art et architecture que ce soit en termes de procédé de fabrication, de matériaux ou encore de savoir-faire.

— Pour nous contacter, rien de plus facile!